radiomuseum.org

 

Le nombre de lampes des appareils (1939)

Modérateurs:
Ernst Erb Jürgen Stichling Bernhard Nagel 
 
Cliquez sur le bouton d'information bleu pour en apprendre plus sur cette page.
Forum » Histoire de la Radio et de la Technique » Histoire des Techniques à partir de 1920 - spécialité Radio » Le nombre de lampes des appareils (1939)
           
Mark Hippenstiel
Mark Hippenstiel
Rédacteur
D  Articles: 1185
Schémas: 2912
Images: 14828
05.Mar.16 16:07

Remerciements: 3
Répondre  |  Vous n'êtes pas connecté, mais en mode visiteur   1

Éditorial La TSF pour Tous No. 195, Mars-Avril 1939, par Lucien Chrétien.

On peut, parfois, se demander si les lois d'arithmétique sont applicables au commerce de la radio... En feuilleant les pages d'un catalogue, on ne sait jamais quel est le nombre exact des lampes d'un appareil.

Il n'existe aucune conclusion précise sur la manière de compter les tubes d'un récepteur. Il en résulte que certaines publicités présentent au public des récepteurs à sept lampes qui sont, en réalité, des récepteurs à quatre lampes. Le public est trompé et le plus grave préjudice est ainsi causé aux annonciers sérieux. Il faut bien dire que tous les constructeurs portent une part importante de responsabilité dans ce qui arrive actuellement. Ils ont, eux-mêmes, utilisé la méthode qui consiste à incluire la valve et le tube indicateur visuel dans le nombre total de tubes. Or, il est évident que cette manière de procéder est abusive. Elle conduit à des exagérations faciles; par exemple, remplacer une valve biplaque par deux valves monoplaques, ce qui n'augmente le prix du récepteur que de la valeur de lampe et de son support et permet d'annoncer une lampe « réelle » en plus.

De même, il est abusif d'incluire un simple tube indicateur visuel d'accord (quand il ne remplit que ce rôle) parmi le nombre total de lampes. On peut, en effet, remplacer ce tube par d'autres dispositifs (indicateur à néon, à ombre, etc.), jouant exactement le même rôle, et ne sont pas de tubes.

Méthode proposée

Pour sortir du désordre actual, qui ne profite qu'aux commerçants malhonnêtes, il est indispensable que les constructeurs sérieux se mettent d'accord sur la manière de compter les lampes.

La seule méthode logique et honnête est la suivante :

  1. Ne doivent compter que les tubes qui remplissent une des fonctions suivantes :
    1. Amplificateur.
    2. Modulateur ou changeur de fréquence.
    3. Détecteur.
       
  2. Le même tube, quand il remplit simultanément plusieurs fonctions, ne doit être compté qu'une fois.
    Par exemple :
    Les tubes EBC3 ou 6Q7, qui sont à la fois :
    a) Détecteur.
    b) Régulateur différé ou amplifié.
    c) Amplificateur BF,
    ne sont comptés qu'une seule fois.
     
  3. Interdiction de faire suivre le denombrement de la mention : + ... 1 valve, 1 oeil magique..., ce qui permet encore de jouer sur les mots. Obligation de remplacer le signe + par la mention : avec.

L'Arithmétique recouvre ses droits

Cette méthode claire, nette, ne prête pas du tout à complication. Elle est toujours applicable. Si l'on prend l'exemple d'un certain récepteur à « 7 lampes réelles », il devient, sans contestation possible, un réceptur à quatre lampes.

Il va snas dire que l'adoption de cette méthode devrait faire l'object d'une véritable campagne de publicité pour éclairer le public sur cette question, très importante.

  
rmXorg