• Year
  • 1924–1987
  • Category
  • Miscellaneous (Other, Various) - see notes
  • Radiomuseum.org ID
  • 273053

 Technical Specifications

  • Main principle
  • Transmitter
  • Wave bands
  • Broadcast only (MW).
  • from Radiomuseum.org
  • Model: Poste Parisien - Broadcasting Stations -
  • Notes
  • Station de T.S.F. Poste Parisien

    Données (1933):

    Siège: 166bis Avenue des Champ-Elysées, Paris
    Longueur d'onde: 328,20 mètres
    Puissance: 60 kilowatts
    Directeurs: Jean Grunebaum et Roger Sallard

    Extraits du Wikipédia:

    Paul Dupuy, directeur du quotidien Le Petit Parisien, décide d'investir dans une station de radiodiffusion qu'il nomme Poste du Petit Parisien et qui commence à émettre le 30 mars 1924 à partir d'un studio situé 18 rue d'Enghien à Paris, dans l'immeuble abritant le service de rédaction et l'imprimerie du journal sur le toit duquel est installé un émetteur de faible puissance (500 watts). Ce nouveau poste peine à trouver son public face à d'autres postes mieux installés comme Radiola.

    La « Compagnie Générale d'Énergie Radio-Électrique Poste Parisien » est créée le 15 octobre 1929 pour prendre en charge la gestion du Poste du Petit Parisien. Le 10 novembre 1930, un décret du ministre des PTT autorise le Poste du Petit Parisien à transférer son émetteur aux Molières (Seine-et-Oise) dans la banlieue sud-ouest de Paris, à en augmenter la puissance et à changer de nom pour devenir « Le Poste Parisien ».

    Les 24 et 25 avril 1932, le Poste Parisien inaugure fastueusement son nouveau siège et ses studios du 116 bis, avenue des Champs-Élysées en présence du président de la République Paul Doumer, du président du Sénat Albert Lebrun, de différents ministres et du maréchal Pétain. Avec la mise en service le même jour de son nouveau puissant émetteur de 60 kW, il devient une des radios les plus puissante de France et audible sur tout le territoire français mais aussi dans une grande partie de l'Europe et en Afrique du Nord. Sous l'impulsion de Roger Sallard et de Jean Grünebaum, la station propose un programme populaire avec des jeux, des feuilletons et de grandes émissions de variété enregistrées en public et accueille dans ses studios toutes les célébrités du moment. Maurice Bourdet, ancien journaliste au Petit Parisien, créé le Journal Parlé et en devient le rédacteur en chef. Tous ces éléments concourent à faire du Poste Parisien une réussite commerciale confirmée par ses recettes publicitaires exceptionnelles[réf. nécessaire], malgré la concurrence de Radio-Cité et Radio-Luxembourg. Au début de 1934, Jean Grünebaum décide de doter la station d'un orchestre de jazz, « Le Jazz du Poste Parisien », dont la direction est confiée à Lucien Moraweck et qui enregistre quelques disques chez Pathé. La même année, Maurice Diamant-Berger monte une émission radiophonique enregistrée comme un film grâce au sélénophone.

    Le Poste Parisien se tait le 13 juin 1940, date de l'entrée de la Wehrmacht dans la capitale, et saborde ses installations techniques. À la signature de l’armistice du 22 juin 1940, les émetteurs situés en zone occupée passent sous contrôle allemand et celui du Poste Parisien est regroupé avec ceux de quatre autres stations de province d'avant-guerre au sein d'un réseau pour diffuser la nouvelle radio nazie de la Propaganda-Abteilung Frankreich, Radio-Paris, qui émet dès le 5 juillet 1940 depuis les studios des Champs-Élysées réquisitionnés par les Allemands.

    C'est de ces studios que les Parisiens entendent aussi la première radio libérée de Paris le 20 août 1944.

  • Mentioned in
  • Annuaire général des lettres, 1933
  • Author
  • Model page created by Mark Hippenstiel. See "Data change" for further contributors.

 Collections | Museums | Literature

 Forum